Un « non » clair et net à l’initiative de limitation

Après la crise du coronavirus, nous devons tout faire pour que la Suisse retrouve le plus rapidement possible sa vigueur économique. L’initiative de limitation, sur laquelle nous voterons le 27 septembre 2020, aurait exactement l’effet inverse et aurait des conséquences désastreuses pour la place économique suisse. C’est pourquoi le mouvement libéral favorable aux entreprises succèSuisse fait campagne pour un « non » clair et net à l’initiative de limitation.

L’initiative de l’UDC exige clairement la fin de la libre circulation des personnes avec l’UE, mais affecte également l’ensemble des accords bilatéraux I. En raison de la clause dite « guillotine », les sept accords ne peuvent être résiliés individuellement. En d’autres termes : tous les accords bilatéraux seront résiliés. Les conséquences pour la place économique suisse seraient fatales. Au cours des dernières semaines et des derniers mois, nous avons nous-mêmes été les témoins des conséquences liées à la fermeture des frontières.

Les entreprises suisses, et en particulier les PME, connaissent la valeur des accords bilatéraux pour la Suisse et la prospérité de notre population. Si cette relation était mise en danger, cela désavantagerait massivement la Suisse par rapport à l’UE et conduirait à une relation difficile avec l’UE : la Suisse se retrouverait en position de faiblesse pour négocier de nouveaux accords. L’économie locale souffrirait particulièrement de cette situation de faiblesse, car elle serait coupée de l’accès à des marchés d’exportation très importants ou aux travailleurs qualifiés qui sont vitaux pour la survie de nombreuses industries.