Que souhaite l’initiative ?

Avec cette initiative l’Union syndicale suisse USS requiert des salaires qui assurent le «minimum vital» pour tous. Elle prescrit un salaire minimal de 22 francs de l’heure – ce qui correspond à environ 4000 francs par mois. La Confédération et les cantons devront, en outre, promouvoir des salaires minimums par des contrats collectifs de travail et veiller à leur observation.

> Texte complet de l'initiative

L’initiative porte préjudice à l’économie suisse et par conséquent à l’ensemble de la population active. Nous serions donc tous perdants.

 Le Conseil fédéral recommande de rejeter l’initiative. Tout comme les initiants, le Conseil fédéral tient certes à lutter contre le dumping salarial et la pauvreté, mais il doute de l’efficacité de l’initiative et estime qu’elle serait dommageable pour le marché suisse du travail et la concertation sociale qui, dans l’ensemble, fonctionne bien dans notre pays.

Le Conseil national et le Conseil des Etats recommandent eux aussi de rejeter l’initiative. Les partis bourgeois s’opposent à l’initiative populaire, tandis que le PS et les Verts préconisent un salaire minimum officiel. Lors de son vote final, le Conseil national a rejeté l’initiative par 137 voix contre 56 et le Conseil des Etats par 29 voix contre 12, se prononçant ainsi clairement contre l’initiative.

 Ruedi Noser a résumé comme suit les débats au Conseil national:

«Après plus de 72 interventions de députés et une centaine de questions posées, à vrai dire, tout a été dit. On peut le résumer en une phrase: un salaire minimum officiel détruit des emplois, compromet le système dual de formation professionnelle, encourage le travail au noir, constitue une atteinte massive à la liberté contractuelle et remet en question la concertation sociale. La compétitivité de l’économie suisse en pâtirait durablement. Nous serions tous perdants.»

Outre succèSuisse, les partis politiques UDC, PLR, PDC, PBD, vert libéral, PEV, l’Union suisse des arts et métiers, l’Union patronale suisse et economiesuisse notamment se prononcent également contre l’initiative.

> La Position de succéSuisse

Actuel

25.10.2017

Votez NON à l'initiative pour l'autodétermination !

L'économie suisse fonctionne comme une horloge. Les contrats sont respectés. La sécurité juridique est assurée. On peut compter sur la Suisse. Ne mettons pas cela en danger inutilement ! Il est moins cinq - votez NON à l'initiative pour l'autodétermination !