Comité économique


succèSuisse est convaincue que, pour rester forte et attrayante, la Suisse se doit de réformer son système fiscal. Un système fiscal compétitif est bénéfique pour tous car il est source de recettes fiscales élevées, d’emplois, d’innovation et de prospérité. En ce sens, elle s’engage du côté des partisans de la RIE III et a fondé, en accord avec les associations économiques, un comité composé de quinze entrepreneurs.

Ces entrepreneurs sont convaincus que la RIE III est une réforme majeure et nécessaire qui mérite une approbation déterminée sur le plan fédéral afin d’être ensuite discutée au niveau cantonal. Tous voteront OUI le 12 février prochain.

Vous souhaitez vous-aussi soutenir la réforme et faire partie du comité? C'est encore possible, en cochant la case appropriée sur ce lien: http://succesuisse.ch/fr/mitglieder/registrierung/

Martin Naville, CEO Swiss-American Chamber of Commerce

Peter Schilliger, Propriétaire Herzog Haustechnik AG

Othmar Keiser, Membre (PDC) du parlement de Zoug
«En plus de la sécurité juridique et de la main-d'oeuvre qualifiée, la fiabilité de l'imposition est très importante pour la place économique suisse. Par conséquent: OUI à RIE III.»

Dr. Roy Nussbaum, Entrepreneur

Ruedi Noser, Conseiller aux Etats, Entrepreneur

Dr. Christoph Luchsinger, Fondateur Math-Jobs.com / All-Acad.com
«Une imposition des entreprises attractive est nécessaire pour maintenir les places de travail existantes en Suisse, permettre la création de nouveaux postes et inciter de nouvelles entreprises à investir en Suisse. Nous en profitons tous.»

Rob Hartmans, Rob Hartmans Consulting GmbH

Hanspeter Schneebeli

Claude Béglé, Conseiller national PDC (Vaud) et CEO Symbioswiss

Pascal Kocher, Swissminds AG

Thomas Matter, Conseiller national

Kaspar Projer, Avocat

Daniel Sauter, Julius Bär Group Ltd

Manfred Spiegel, itsbusiness AG

Alois Stalder, Stalder Beratungen

Actuel

12.02.2017

Non à la troisième réforme de l’imposition des entreprises RIE III

L’économie a désormais besoin de sécurité juridique
 
Les citoyennes et citoyens suisses ont décidé aujourd’hui de rejeter la réforme fiscale. Bien avant la campagne en faveur du oui, il avait été démontré que la RIE III permettait une transition maîtrisée vers un nouveau système fiscal accepté au niveau international, qu’elle assurait les rentrées fiscales et qu’elle améliorait la marge de manœuvre des cantons et des communes. Or, c’est l’incertitude quant aux incidences exactes pour la classe moyenne qui a conduit une majorité de Suissesses et de Suisses à glisser un non dans les urnes. Dorénavant, les cantons et le monde politique doivent combattre l’insécurité juridique qui pèsera sur la place économique suisse suite à ce non dans les urnes. Plus